Présentation

 

Symbole Nam-Ho-Quyen

 

C’est autour d’une équipe pédagogique stable et enrichie que le Vo-Duong Song-Ho (salle d’entraînement des doubles tigres) débutera le 01 septembre 2014, sa dix-neuvième année d’existence. Motivée, dynamique et bien formée aux techniques traditionnelles, mais aussi aux différentes connaissances permettant de transmettre ce savoir séculaire, chaque intervenant se fera un devoir de répondre à vos attentes. Durant ces nombreuses années, ce vo-duong s’est forgé une solide réputation, tant au niveau local et national qu’au niveau international : de nombreux élèves d’Espagne, d’Allemagne, de Roumanie, de République Tchèque, du Maroc des Etats-Unis et d’ailleurs pratiquent les mêmes techniques qu’en ces lieux. Au regard de ces résultats et du mode de gestion rigoureux, le Ministère de la Jeunesse et des Sports français a octroyé à l’école Nam-Ho-Quyen, en l’an 2000, agrément qui vous apportera toutes les garanties de valeur et de sérieux. Cependant les meilleurs gages de qualité des enseignements dispensés en ces lieux sont sa longévité et sa constance.

Votre désir d’apprendre les arts martiaux ou votre curiosité vous ont dirigé vers ce vo-duong. Quelles que soient les raisons de ce choix - et des raisons, il y en a de nombreuses : la défense, la canalisation d’une énergie débordante, le combat, la recherche d’un équilibre intérieur ou simplement un moyen de chasser le stress de fin de journée - j’espère que les enseignements dispensés en ces lieux correspondront à vos attentes. Il est vrai qu’un choix considérable de disciplines s’offre à toute personne intéressée par les arts martiaux. Alors laquelle choisir ? Cette technique est-elle meilleure que cette autre ? Très sincèrement, je ne le pense pas. Je crois simplement que chaque discipline répond à la demande du pratiquant dans sa recherche personnelle. Loin sont les querelles d’écoles des temps anciens. Aujourd’hui, le pratiquant choisit librement la voie sur laquelle il s’engagera afin de l’amener vers son épanouissement et le développement de l’école à laquelle il est attaché. Cet épanouissement mutuel est intimement lié au respect de l’école vers le pratiquant et vice-versa. Ce devoir de respect n’est pas une des composantes exclusives des écoles traditionnelles vietnamiennes car il doit se trouver dans chaque acte de la vie de toute personne.

 

Qui peut pratiquer ? Je serais tenté de dire tout le monde car la réponse dépend de chacun. Les jeunes enfants peuvent s’initier aux arts martiaux vietnamiens dès 3 ans (d’ailleurs, mon travail au sein du service des sports du Conseil Général des Bouches-du-Rhône m’a valu d’être nominé au Sénat en 2002 pour une réalisation destinée aux tous jeunes enfants). Quant à la limite supérieure, elle est intimement liée à sa volonté propre. Ainsi, notre vétéran, Claude Perruque va fêter ses 70 ans et continue à fréquenter les cours jusqu’à trois fois par semaine !

 

Le rôle du professeur est très large. Mis à part son rôle de transmetteur de connaissances, il aide chaque élève à découvrir ce qu’il possède déjà au plus profond de lui-même, la technique n’étant qu’un moyen d’y parvenir : le but ultime n’étant pas une efficacité exacerbée, mais l’acquisition d’une autonomie physique, d’une autonomie de pensée et le développement d’un sens critique tel que le décrivait le philosophe Montesquieu. Au delà de ces considérations personnelles, le vrai pratiquant d’arts martiaux se doit de servir son prochain ce qui est à mon sens, le devoir le plus noble.

 

L’Ecole Internationale d’Arts Martiaux Vietnamiens Nam-Ho-Quyen (EIAMV-NHQ) est une synthèse de différents styles à prédominance de ceux de Binh-Dinh (province du centre du Vietnam). Elle est représentée ou connue dans une dizaine de pays du monde. Dans l’école Nam-Ho-Quyen, le travail ne se limite pas uniquement à l’aspect physique qui ne représente qu’un tiers de la discipline. En effet, les exercices de concentration, de respiration et d’énergie représentent une autre partie de la recherche. Les différentes théories sont étudiées, approfondies, appliquées au travail physique, mental et spirituel. Bien entendu, rien n’est gagné d’avance car le travail est difficile, le chemin jalonné de repères, d’épreuves de tous les jours et de toute nature afin d’aider l’élève à progresser dans sa recherche. Le rôle d’une école doit, à mon sens, s’élargir et non pas rester dans le cadre étriqué des deux ou trois entraînements par semaine et les enseignements reçus en ces lieux devront trouver leur utilité dans la vie au quotidien. D’ailleurs, les personnes à qui j’ai pu prodiguer quelques conseils, m’apportent de temps à autres, des témoignages de reconnaissance qui me réchauffent le cœur...

 

Nous avons une activité intense et variée, sommes en relation avec plus d’une trentaine d’associations et autres structures. Durant les dernières saisons, nous avons organisé et/ou participé à de nombreux stages locaux, nationaux et internationaux avec des thématiques et intervenants différents, effectué plus de 600 démonstrations qui ont donné lieu à de conséquents compte-rendus dans la presse locale et nationale, ainsi qu’à la télévision, participé à bon nombre de compétitions, récolté titres, nominations et récompenses. Une bibliothèque et une vidéothèque riches de quelques cinq cents titres permettront aux élèves d’approfondir leurs connaissances en matière de sports, d’arts martiaux et de culture asiatique. Et puis, il y a ces fêtes traditionnelles vietnamiennes que j’aime tant faire partager : Têt (nouvel an lunaire), Têt Trung Thu (fête de la mi-automne), la célébration du Culte des ancêtres sans oublier, nos rencontres formelles et informelles, autant d’occasions de se rencontrer et de mieux se connaître...

 

Côté technique, je suis secondé par sept professeurs titulaires ou assistants qui m’épaulent dans tous les cours :

 

-          Mohammed AMIRA, ceinture rouge 2ème niveau (conseiller technique) directeur technique adjoint, membre de la commission des grades

-          Philippe ASSALIT, ceinture rouge 1er niveau (conseiller technique), 1er assistant, membre de la commission des grades

-          Jean-Yves LEMENN, ceinture noire 4ème cap

 

-          Romain GOURMAND,  ceinture rouge 1er niveau (conseiller technique)

-          Fabrice MICHEL, ceinture rouge 2ème niveau (conseiller technique)

 

 

Formés durant ces dernières années, certains ont des responsabilités au niveau du vo-duong, d’autres, au niveau de l’école Nam-Ho-Quyen. Ils étaient eux-même débutants, mais ont eu la possibilité de s’enrichir d’une technique pédagogique adaptée ainsi que d’une bonne expérience de terrain. Ces indispensables formations théoriques et pratiques permettent à tous de passer de « l’autre côté de la barrière », transformant leur statut d’élève en celui d’enseignant.

 

D’autres élèves interviennent dans des secteurs différents. Il s’agit de :

 

-          Emmanuel CORNAND, ceinture rouge (conseiller technique) membre de la commission des grades

-          Stéphane ROBERT, ceinture rouge (conseiller technique) membre de la commission des grades

 

 

Enfin, pour terminer, je dirai simplement qu’après 35 années d’enseignement, j’ai toujours gardé ma curiosité et cet immense désir de rencontrer, de découvrir, d’apprendre et de partager dans le cadre strict, rigoureux cependant ouvert de cette école traditionnelle.

 

En qualité de dirigeant de l’Ecole Nam-Ho-Quyen, je suis toujours le premier sollicité et félicité. Cependant, je n’oublie jamais le travail de l’équipe qui m’entoure. Merci à tous les membres de l’équipe pédagogique, à tous ceux de l’équipe de démonstration qui ont participé à de nombreuses manifestations durant la dernière saison. Merci aussi à l’équipe administrative et logistique ainsi que toutes celles et ceux qui, outre leurs qualités techniques ou leurs compétences particulières, ont su se rendre disponibles afin d’œuvrer au quotidien, contribuant ainsi à la bonne marche de l’Ecole. Enfin, merci à tous mes élèves sans qui le professeur que je suis, n’aurait pas de raisons d’être…

 

Mes remerciements s’adressent aussi à la Direction Régionale et Départementale de la Jeunesse et des Sports (Ministère des Sports) ainsi qu’aux deux Collectivités Territoriales : la Ville de Marseille et le Conseil Général des Bouches-du-Rhône, ainsi que leurs représentants pour leur aide dans la réalisation de certaines de nos actions et projets.

 

La saison 2014/2015 sera, comme toutes les précédentes, intense, laborieuse, douloureuse, mais tellement épanouissante et riches d’expériences nouvelles pour chacun des Vo-Sinh de l’Ecole Nam-Ho-Quyen.

 

A Marseille, le 29/08/2014

Mis à jour (Vendredi, 29 Août 2014 17:30)